Je/Revers

Laboratoires en 2012, 2013, 2014, intitulés Animal/Simulacres, à la Chapelle Dérézo

  • Juin 2016: résidence à la Maison du Théâtre, Brest.
  • Janvier 2017: résidence au Vallon, Landivisiau et résidence à la Maison du Théâtre, Brest.
  • Avril 2017: résidence au Pont des Arts, Cesson-Sévigné.
  • 19 janvier 2018: sortie de création à la Maison du Théâtre

Texte et mise en scène: Lisa Lacombe; Chargée des relations publiques: Anissa Benhaberrou; Régie générale: Adeline Mazaud; Lumières: Stéphane Leucart ; Comédiens et danseurs: Guiomar Campos, Yoan Charles, Véronique Héliès, Nicolas Mayet, Alice Mercier.

Je/Revers traite de l’écart -frustrant, douloureux, drôle?- entre la réalité (l’hyperréalité!) et le désir, la représentation et l’être; questionne les images, les croyances, les fictions de nous-mêmes; et ce qu’elles induisent: travestissement, aveuglement,  sauvagerie latente de nos rapports « humains ». Lorsque chacun voudrait faire entrer les autres dans son rêve, son fantasme, son tableau…

« Tout le malheur des hommes vient de leur propension à décoller du réel, à s’installer en imagination ailleurs que là où ils sont, en somme de leur incapacité congénitale à épouser le contour mouvant des circonstances » écrit un philosophe de la pensée indienne.

Parler du Revers (qui est aussi le « rêver » de soi, le soi idéal et continu) c’est questionner le simulacre, la représentation, l’image: cette « apparence sensible qui se donne pour une réalité. »  Il se trouve que souvent -et toujours dans Je/Revers- nous luttons, et nous refusons. De n’être que ce qu’on est, et la vie, que ce qu’elle est… Images projetées, inconnu désirable et terrifiant, et nos attentes plaquées sur le monde, conséquemment aplati.

Les cinq artistes au plateau, jeunes, beaux, sexys, deviennent les acteurs troublants d’une série B défaillante, côté Revers. Et collisionnent leurs besoins d’être enVISAGés; aimés.